Adhérer au Cercle Nancy-Mosaïque
Revue de presse
Est Républicain - 10 juillet 2010 Est Républicain - 7 décembre 2010 La Semaine - 15 juillet 2010 les-tablettes-lorraines-19-septembre-2011_0001 la-semaine-8-septembre-2011 est-r%c3%a9publicain-29-novembre-2011
Twitter

Réunion du 27 mai 2013

Où va l’Europe ?

Nathalie Griesbeck

Député européenne

 
 Nathalie-Griesbeck
 

Lundi 27 mai 2013 à 18h

Faculté de droit, amphi. DR 01
Place Carnot, Nancy
 

ENTREE LBRE

Réunion du 11 mars 2013

Lorraine au cœur

La Lorraine a-t-elle un avenir industriel ?

Jacques Chérèque

Ancien sidérurgiste
Ancien préfet à la réindustrialisation
Ancien ministre de l’aménagement du territoire
 
jacques_chereque
 
 

Lundi 11 mars 2013 à 18h

Faculté de droit, amphi. AR06
Place Carnot, Nancy

 

ENTREE LIBRE

Réunion du 28 janvier 2013

« Mariage pour tous » et homoparentalité

Fabienne Nicolas

Magistrat,
Militante syndicale

Professeur Adrien Duprez

Professeur de médecine,
Ancien doyen de la Faculté de médecine de Nancy

 Mariage pour tous

 

Lundi 28 janvier2013 à 18h

Faculté de droit, amphi. AR06
Place Carnot, Nancy
 

ENTREE LIBRE

Compte-rendu de réunion: « La précarité en Lorraine »

Le 11 décembre dernier, Nancy-Mosaïque a ouvert la page de « la précarité en Lorraine ». Dans une période propice aux retrouvailles festives en famille ou entre amis, il nous a semblé important de consacrer un temps de réflexion et d’échanges sur un sujet qui préoccupe vivement nos concitoyens.

De fait, Jean-Louis PETIT, au nom de l’association « la soupe pour les sans abris » nous a raconté avec beaucoup de conviction la force de l’engagement qui anime les membres de cette association depuis maintenant plus de vingt ans. Il faut dire que les nombreux bénévoles qui la composent s’emploient à fournir tout au long de l’année et plus spécialement pendant les longs mois d’hiver lorrain vêtements et nourriture aux gens plongés dans le dénuement. Pas moins d’une trentaine de bénévoles se relaient ainsi pour aller au contact des plus pauvres, ceux qui sont en quête de misérables refuges, et leur proposer une aide matérielle mais aussi un réconfort amical. Chaque dimanche matin, on peut voir ainsi des véhicules proposer place Carnot de la nourriture chaude tirée de marmites pleines préparées avec application.

Cette population marginalisée ne cesse d’augmenter pour atteindre aujourd’hui quelque 300 personnes. Encore ne s’agit-il là que des personnes les plus en souffrance. Parmi elles, quelques-unes, rares, parviennent à retrouver une activité régulière et donc le chemin de l’espoir. Puisse-t-il, cet espoir, ne pas être éphémère dans un temps où le chômage et la précarité qui s’ensuit continue de faire des ravages…

Sur le thème du chômage précisément, Monsieur Dominique MEYER pour le « Pôle-Emploi »  nous a tracé quant à lui les grandes lignes d’évolution de la précarité dans notre région qui se démarque, hélas, du reste de la France par l’accroissement le plus fort du taux de chômage situé à près de 2 points au-dessus de la moyenne nationale, celle-ci dépassant la barre des 10%. Parmi les demandeurs d’emploi, les seniors et les moins diplômés occupent le premier rang et forment la part la plus représentative du chômage de longue durée, ce que traduit le poids élevé du RSA et des diverses formes d’aide sociale dans notre budget.

Deux signes inquiétants pour notre Région persistent : la baisse des offres d’emploi collectées dans quasiment tous les domaines professionnels et l’inadéquation forte entre la nature des offres et celle des demandes, ce qui pose la question de l’adaptation des politiques de formation aux besoins réels en même temps que celle du bon outil d’évaluation de ces besoins.

Cette série de constats, hélas sans surprise, confère, me semble-t-il, à l’ensemble de la classe dirigeante une lourde responsabilité sans que celle-ci soit propre à exonérer l’ensemble de nos concitoyens de leur propre engagement au soutien d’une solidarité qui n’est pas seulement sociale, mais simplement humaine.

Le président, Gilles LUCAZEAU

 

 

Réunion du 11 décembre 2012

La précarité en Lorraine

Dominique Meyer

Directeur des supports aux opérations
Direction régionale de Pôle emploi
 

Jean-Louis Petit

Responsable de « la soupe aux sans abris »
Association caritative, Nancy

 

Mardi 11 décembre 2012 à 18h

Faculté de droit, amphi. AR06
Place Carnot, Nancy
 

ENTREE LIBRE

Compte-rendu de réunion: « La culture est-elle nécessaire en temps de crise? »

Soirée hautement culturelle que celle du 17 octobre, à l’amphi AR 06 de la Fac de Droit où notre association a été accueillie comme d’habitude par le doyen Eric Germain, escorté de notre secrétaire adjoint Vincent Lebrun.

Derrière l’estrade, le trio de choc composé de Charles Tordjman, (ancien patron de la « Manu »),Didier Francfort (historien) et Didier Manuel (dirigeant le « Totem » à Nancy) s’en est donné à coeur joie pour nous inviter à réfléchir à la véritable place de la culture dans nos sociétés contemporaines. Plus particulièrement de son utilité en temps de crise.

Pour les uns indispensable au renforcement du lien social, la culture est menacée de récupération politique au travers de « mécènes-producteurs ». (Raison pour laquelle, il vaut mieux pour toute association à visée culturelle soucieuse de son indépendance d’essayer de « s’auto-financer », (comme c’est le cas de « Nancy-Mosaïque »). Sa vraie « mission », bien au-delà de toute option partisane, est d’aider l’ensemble de nos concitoyens à développer leur « capacité à voir au-dessus de soi » (C.Tordjman). Les périodes de crises participent même à la reconfiguration des modèles culturels, analyse Didier Francfort.

Elle s’inscrit aussi dans l’ordre d’une « solidarité nationale » en magnifiant  notre patrimoine (D. Francfort). Pour Didier Manuel, le risque auquel s’expose la culture, c’est de se banaliser au prétexte d’aller vers le plus grand nombre. On peut certes vouloir toucher tous les publics, mais certainement pas en même temps. Au risque de paupériser l’offre en la réduisant au plus petit dénominateur commun.

Ayant dressé un tableau exhaustif des différents ministres qui se sont succédé à la tête du ministère de la Culture depuis 1958, C.Tordjman a mis en exergue l’action décisive de Malraux (et ses « maisons de la culture »), ou J. Lang (en faveur de la création artistique).

Didier Manuel fit valoir quant à lui que la Lorraine qui fut un haut-lieu culturel après la guerre se trouve désormais « en chute libre » à cet égard. Il serait sûrement indispensable de repenser la répartition des moyens au niveau de l’Etat, quand on pense que l’Opéra de Paris « mange » à lui seul un budget annuel de 110 millions d’euros alors que l’ensemble des autres scènes d’opéra françaises n’en consomment que…27! Il est regrettable que de grandes compagnies -telle que la Comédie Française- ne décentralisent pas plus leur production vers la province.

Notre pays n’a cependant pas à rougir de l’effort produit au soutien de la culture qui ne représente certes qu’ une part modeste du budget de la nation (0,69 %), mais tout de même beaucoup plus importante que la part qui lui est consacrée dans les autres pays d’Europe (0,03%).

Malgré ses insuffisances et ses trop grandes disparités territoriales, la Culture en France demeure ainsi un atout considérable pour le rayonnement de notre pays dans le monde, et notamment sur les marchés de l’art, contemporain.
Raison de plus pour donner à la libre création sa place novatrice, que nous soyons ou ne soyons pas « en crise ».

 

Le Président, Gilles LUCAZEAU

 

Réunion du 17 octobre 2012

La culture est-elle nécessaire en temps de crise ?

 

 

 

Charles Tordjman

Ancien directeur du CDN Nancy Lorraine – Théâtre de la Manufacture,
Créateur du festival « Passages »,
Metteur en scène
 
 
 

Didier Francfort

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine,
Co-directeur du Centre de recherche sur les Cultures Littéraires Européennes
 
 
 
 
 
 

Didier Manuel

Directeur artistique de la compagnie Materia Prima – TOTEM
 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mercredi 17 octobre 2012 à 18h

Faculté de Droit,
Place Carnot, Nancy

ENTRÉE LIBRE

 

Compte-rendu de réunion: « la religion, un bien ou un mal? »

A la Faculté de Droit, ce samedi 15 septembre, jour du « Livre sur la place », l’amphithéâtre a eu du mal à contenir l’assistance venue écouter, nombreuse, à l’invitation du Cercle Nancy-Mosaïque, le philosophe historien des religions Frédéric Lenoir, bien connu des nancéiens. La parution de son dernier livre l’Ame du Monde était le prétexte à cette rencontre autour du thème : « la religion, un bien ou un mal ? ».

Après avoir dressé la fresque historique du fait religieux dans les sociétés humaines, souligné l’importance du passage de la transversalité à un ordre hiérarchique structuré, puis de la pensée collective à la pensée individuelle éprise de liberté, Frédéric Lenoir a lancé un appel vibrant à une plus grande spiritualité capable de dépasser les clivages culturels et cultuels traditionnels, faisant valoir que c’est le regard d’abord tourné sur soi-même puis vers l’autre, la compréhension de l’autre, l’amour de l’autre, bien plus qu’une référence symbolique au rite ou au dogme, qui peuvent faire avancer l’humanité vers un mieux-être. Chacun avait bien sûr présentes à l’esprit les manifestations sanglantes qui agitent en ce moment une fraction du monde musulman contre le monde occidental.

En livrant son message du cœur- qui comprend aussi celui du courage- Frédéric Lenoir s’est abstenu de tout commentaire sur ces incidents puisque la réponse était contenue dans le message lui-même.

Les questions posées par les auditeurs ont témoigné du très vif intérêt suscité par les propos du philosophe qui a clôturé ses propos sur une parole de Gandhi.

Les applaudissements nourris qui s’en sont suivis ont fait en quelque sorte écho à cet « œcuménisme religieux » reçu comme un bienfait.

 

Réunion du 15 septembre 2012

La religion, un bien ou un mal?

Frédéric Lenoir

Directeur de la rédaction du  Monde des religions,
Auteur de « L’Ame du Monde »
 
 

 

Samedi 15 septembre 2012 à 18h

Faculté de Droit,
Place Carnot, Nancy

ENTREE LIBRE

 

Pour le Cercle Nancy-Mosaïque, la rentrée sera riche et prometteuse. Nous avons phosphoré pour lui donner le goût d’un nouveau départ, où le mystique le dispute au mythique…

Pour démarrer la saison, rendez-vous vous est donné le samedi 15 septembre à 18 heures sous les ors de la Faculté de droit où nous accueillerons Frédéric Lenoir, directeur de la rédaction du magazine Le Monde des religions. L’auteur de L’Ame du Monde (éditions NiL) viendra nous entretenir du fait religieux en répondant à la question : « la religion, un bien ou un mal? », dont le sous-titre pourrait être : « sagesse universelle ou crispation identitaire? »

Derrière la question, se profile, on le devine, la confrontation permanente entre les évolutions naturelles de notre société (gestion de la vie et de la mort, parentalité, querelle des genres, etc.) et l’aspiration à une spiritualité transcendante.

Quel sera le vainqueur de cette confrontation? Si la religion fait lien, peut-elle favoriser l’avènement d’une forme de sagesse universelle ou conduire, au contraire, à de nouvelles crispations identitaires propices au rejet de l’autre ? Sur ces divers aspects d’une question de réelle acuité, Frédéric Lenoir, grand spécialiste des religions, nous dira ce qu’il pense.

Archives
Media RSS
Facebook


Rss Feed Tweeter button Facebook button Technorati button Reddit button Myspace button Linkedin button Webonews button Delicious button Digg button Flickr button Stumbleupon button Newsvine button Youtube button