Adhérer au Cercle Nancy-Mosaïque
Revue de presse
est-r%c3%a9publicain-6-mars-2012 Est Républicain - 24 février 2011 La Semaine - 15 juillet 2010 est-r%c3%a9publicain-29-novembre-2011 Est Républicain - 7 décembre 2010 Le Point - 23 septembre 2010
Twitter

Compte-rendu de réunion – La France prend-elle soin de ses jeunes?

 

C’est au café Carnot que le Cercle Nancy-Mosaïque a posé ses valises pour ce deuxième rendez-vous de la saison sur le thème : « la France prend-elle soin de ses jeunes ? » Question à laquelle Benoît Berthélémy s’est attaché à répondre en sa qualité de Directeur territorial de la Protection Judiciaire de la Jeunesse.

Précisons qu’il ne s’agissait pas ici de proposer aux participants un diagnostic sur la délinquance des mineurs, mais plutôt de poser un regard sur notre ociété, au travers de l’action de la PJJ et de l’expérience de son directeur.

A priori, avec un fort ancrage culturel et sociétal dans la reconnaissance de l’enfant comme  sujet à protéger, nul doute que la France prend soin de ses jeunes. Scolarité obligatoire, services de pédiatrie et de pédopsychiatrie, dépistage de la maltraitance, signature de la Convention internationale des droits de l’enfant: la France dispose d’un arsenal de dispositifs de prévention et d’assistance que bien des pays européens pourraient lui envier.

Dès lors, dans un système aussi préventif et protecteur, comment expliquer la délinquance des mineurs ? Ou pour reprendre les mots de Benoît Berthélémy : « Sous le masque de l’idolâtrie de l’enfance, que trouve-t-on ? » De la précarité, certes, mais elle n’explique pas tout. Agressions sexuelles, agressions « gratuites », délits commis par des adolescents présentant des troubles psychiques, tels sont les multiples visages de la délinquance des mineurs. Mais quelle explication donner à cela?

Le phénomène « enfant roi », ou le respect absolu du désir de l’enfant et de sa libre expression, pose ici la question de l’effacement de l’autorité morale dans le référentiel éducatif. Ainsi, à trop percevoir le mineur délinquant comme une victime du système ou un jeune en souffrance, on oublierait presque l’évocation de l’acte délictuel. Un droit idéologique et déculpabilisant se substituerait alors au droit protecteur dans sa dimension d’interdit.

De même, la relation « parents – copains » génère à travers une posture hypocrite, un discours très paradoxal. Sous l’apparence du respect (je reconnais l’enfant comme un sujet à part entière), il s’agit en réalité pour les parents, de se décharger ici de leur rôle d’éducateur. Or, soit un être est à protéger et il est partiellement irresponsable, et par conséquent les adultes décident certaines choses pour lui, soit le mineur est un individu capable de s’autodéterminer, et dans ces conditions il doit répondre de ses actes. Mais protéger l’enfant tout en lui accordant les attributs d’un adulte est susceptible de provoquer chez lui un mal être existentiel.

Ce mal être existentiel est d’autant plus difficile à contrôler que les jeunes sont exposés aux images que leur renvoie la société ; images qui viennent contrarier (et parfois anéantir) l’action parentale. Face aux valeurs d’honnêteté et de travail, face à la condamnation de la violence et à l’apprentissage du lien social, la société nous oppose sa fascination pour les « mauvais garçons », l’argent facile, les plaisirs de la vie et le refus systématique du discours moral.

Cette injonction paradoxale apparaît aussi dans le champ professionnel de la protection judiciaire de la jeunesse. Ainsi, au regard de la loi du 2 janvier 2002, dite de cohésion sociale, le jeune délinquant est considéré comme un usager de service public au même titre qu’un pensionnaire de maison de retraite, et donc susceptible de répondre à un questionnaire qualité. Autres paradoxes : l’interdiction faite au éducateurs sociaux de fouiller les sacs ou de confier un outil (même une paire de ciseaux) dans le cadre de travaux éducatifs, sous peine d’enfreindre  les directives européennes en matière de droit du travail.

Certes oui, la France prend soin de ses enfants. Il n’en reste pas moins que des sujets d’inquiétude demeurent en raison sans doute des contradictions qui résultent d’une volonté d’équilibre entre le domaine préventif et le domaine répressif et d’une profonde hésitation entre l’un et l’autre. Quoi qu’il en soit, les mineurs délinquants ne doivent pas être considérés comme un « accident social », mais plutôt comme l’image caricaturale de nos propres faiblesses.

Et la question centrale demeure: comment déterrer les racines du mal ?

Frank-Olivier POTIER

2 réponses à to “Compte-rendu de réunion – La France prend-elle soin de ses jeunes?”

  • Lefevre:

    En apprenant à regarder au dessous de l’iceberg sans préjugé avec vigilance et confrontation des faits en communiquant et en aimant et en protégeant comme s’il s’agissait de sa propre descendance…. Et en écoutant les enfants…

    Une maman au coeur brisé

  • Amélie Charlotte:

    vous avez un bon point de vues.

    - Amelie

Laisser un commentaire

Archives
Media RSS
Facebook


Rss Feed Tweeter button Facebook button Technorati button Reddit button Myspace button Linkedin button Webonews button Delicious button Digg button Flickr button Stumbleupon button Newsvine button Youtube button